Accéder au contenu principal

Le nouvel évêque de Kole évoque les défis pastoraux



Quels défis au diocèse de Kole, situé à cheval entre les provinces du Sankuru et du Kasai Oriental ? Mgr Emery Kibal a été ordonné évêque de Kole le 9 août dernier à Kole. Deux mois après, il souligne le bon accueil reçu du peuple de Dieu et de la population de Kole en général. Catholiques et non-catholiques attendent aussi que le nouveau pasteur apporte le « développement » que l’Etat ne peut leur offrir. Les attentes sont démesurées, estime l’évêque.

Mgr Kibal remercie tous ceux qui ont prié et qui continuent de prier pour le diocèse et pour lui-même. L’évêque attend aussi des gestes de générosité pour relever les multiples défis pour la pastorale du diocèse.

Le premier défi est celui de l’enclavement. Faute de bonnes routes, la moto est le moyen de déplacement. Le diocèse n’a comme issue que la cité de Lodja, située à 350 kilomètres, dans le diocèse voisin de Tshumbe. L’évêque doit passer par Lodja pour atteindre des localités de son diocèse situées à 500 kilomètres.

Les infrastructures scolaires et médicales sont vétustes. D’où la nécessité d’en construire de nouvelles. La population recourt à des charlatans, faute d’infrastructures adéquates pour la santé. Un médecin opère sur un lit en bambou dans une salle non éclairée…

Et dans un contexte de pauvreté, l’Eglise manque d’activités économiques propres. Les églises construites en pisé ont vieilli. Elles demandent au moins un entretien.

L’évêque de Kole ne dispose pas non plus de nombreux collaborateurs. Les prêtres diocésains sont 64, dont 34 sont présents au diocèse. Et les religieuses de la congrégation diocésaine des Sœurs servantes de l’Eglise du Christ sont 80 dont une soixantaine œuvrent dans l’enseignement et le secteur médical.. 

Mgr Kibal ne peut que compter sur le laïcat. La première priorité devient la formation, par la conscientisation et l’éducation. La population pygmée notamment a besoin d’une action particulière pour trouver l’opportunité d’une autre vie. L’évêque compte sur l’école pour assurer le changement nécessaire. La femme doit être aussi scolarisée. Elle a été trop souvent réduite à la maternité.
Mettre le peuple debout, le rendre responsable, à commencer par le clergé, est la seconde priorité retenue par le nouvel évêque. L’évêque sera un stimulant pour des projets conçus de concert. Nous sommes fort en retard, il est temps de nous relever, de nous mettre au travail, sans nous laisser distraire, exhorte Mgr Kibal.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Des églises en construction dans les diocèses de Tshumbe et de Mahagi-Nioka

Sept nouvelles églises paroissiales sont en construction dans le diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. L’évêque de Tshumbe, Mgr Nicolas Djomo, annonce la nouvelle en saluant l’effort fourni par le peuple de Dieu et particulièrement par des prêtres qui mettent à contribution des amis et bienfaiteurs. L’église saint Louis de Wembonyama est en phase de finition. Le presbytère suivra bientôt. Suivront aussi les églises paroissiales de Wembe St Pierre et Songo St Jean à Tshumbe, puis St Mathieu à Lodja Cité et la dernière à l’Université Notre-Dame de Tshumbe.