Accéder au contenu principal

La congrégation des amis du Christ de Luebo ouvre l’année du jubilé d’argent




Mgr Pierre-Célestin Tshitoko, évêque de Luebo, dans la province du Kasai, a présidé la messe, le jeudi 5 novembre, dans l’église de la paroisse Notre-Dame des sept douleurs de Ndekesha, pour l’ouverture de l’année du jubilé d’argent de fondation de l’institut missionnaire masculin des amis du Christ de Luebo. Le 5 novembre 2016, la congrégation fondée par Mgr Emery Kabongo, alors évêque de Luebo, accomplira vingt-cinq ans d’existence.


Autour de l’actuel évêque de Luebo et modérateur de la congrégation se sont tenues les 3 et 4 novembre des séances de prière et de réflexion en vue de la préparation de l’année du jubilé. Le 5 novembre, lors de la messe d’ouverture, Mgr Tshitoko était entouré à l’autel d’une dizaine de prêtres membres du clergé diocésain et de l’institut des amis du Christ. Parmi eux, le père Emile Tshisekedi, supérieur et délégué général de cette congrégation religieuse diocésaine. Et dans l’assemblée, il y avait des fidèles de la paroisse Notre-Dame des sept douleurs de Ndekesha mais aussi des religieuses membres de la branche féminine de la congrégation des amis du Christ.

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.