Accéder au contenu principal

50 ans de vie consacrée sous la protection de la Vierge Immaculée



 
La Vierge Marie Immaculée l’a soutenu pendant les cinquante ans de sa vie consacrée. C’est le témoignage du frère Trudon Pebangu, missionnaire oblat de Marie Immaculée. Il a fait ce témoignage en la fête de l’Immaculée conception, le mardi 8 décembre devant ses confrères, des associés laïcs membres de la famille oblate et des fidèles de la paroisse saint Justin de Kinshasa-Ngaliema. Le supérieur provincial des Missionnaires oblats, le père Abel Nsolo, avait présidé l’eucharistie au cours de laquelle d’autres missionnaires oblats ont célébré leurs vingt-cinq ans de sacerdoce ou de vie religieuse.

A 74 ans, le frère Trudon Pebangu rend grâce d’abord pour la santé. « C’est Dieu qui nous fait vivre, mais la Vierge intercède pour nous lorsque nous sommes dans le besoin », estime le religieux qui a déjà subi bien des interventions chirurgicales.

 
Le 8 décembre 1965, le Congolais Trudon Pebangu a prononcé ses premiers vœux à Léré au Tchad. Il n’avait pas pu poursuivre sa formation dans son pays natal. Une rébellion sévissait alors dans la province du Kwilu. Capturés un jour à Banda par des rebelles, le jeune Pebangu et ses condisciples du postulat de Kimwanga et leur maître ont échappé grâce à l’intercession de la Vierge Marie. Le frère Pebangu le croit bien. 

Ce témoignage, il le fait chaque jour au scolasticat saint Eugène de Mazenod de Kinshasa-Kintambo. Le frère est membre de l’équipe des formateurs.  


Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.