Accéder au contenu principal

Fais-moi une promesse !

Au cœur des jours et des nuits

Fais-moi une promesse !

Le mendiant à qui je n’ai pu rien remettre de ce qu’il me demandait m’a imploré en me regardant dans les yeux. Donne-moi un rendez-vous ; fais-moi une promesse, a-t-il supplié.

Je lui avais déjà dit que je n’avais pas d’argent pour moi-même. J’ai vidé mes poches. Comme si j’étais dans un commissariat de police. J’ai montré le contenu. J’avais un mouchoir de poche, et un trousseau de clé, et un chapelet. Ce jour-là, je n’avais même pas un portefeuille, même pas une carte d’identité. Et j’ai bien dit au mendiant qu’il me manquait même les 500 francs nécessaires pour payer une place dans un bus. Et que c’est pourquoi je marchais. Et que voilà pourquoi lui, le mendiant, avait eu le bonheur de me croiser sur son chemin.

Ce mendiant doit être un mendiant professionnel. Il doit avoir sans doute l’œil et le flair pour reconnaître ma sincérité, pour se rendre compte que malgré ma bonne volonté, je ne pouvais rien pour lui. Mais le mendiant se fit plus insistant. Il implora donc et exigea bien une promesse. 
 
Je l’ai regardé dans les yeux. Sa demande était sincère. Il me sembla même qu’il était chaque jour au bord de la route pour collecter d’abord des promesses. Comme si c’était des chèques d’argent à toucher plus tard au guichet d’une banque. De l’argent pour manger, il en avait bien besoin, mais il me sembla qu’obtenir une promesse lui était beaucoup plus utile, plus vital encore. 
 
La promesse est au coeur du message biblique. Dieu est venu faire alliance avec l’homme. En Jésus-Christ, Dieu est venu accomplir des promesses faites à Abraham, à Isaac et à Jacob. Mais Jésus lui-même est venu faire une promesse : Je reviens bientôt, a-t-il dit. Et depuis lors, le peuple attend la venue de Dieu dans la gloire. La foi tient ainsi dans une promesse. 
 
Le Catéchisme de l’Eglise catholique parle de la vertu de l’espérance : « La vertu d’espérance répond à l’aspiration au bonheur placée par Dieu dans le cœur de tout homme ; elle assume les espoirs qui inspirent les activités des hommes ; elle les purifie pour les ordonner au Royaume des cieux ; elle protège du découragement, elle soutient en tout délaissement ; elle dilate le cœur dans l’attente de la béatitude éternelle. L’élan de l’espérance préserve de l’égoïsme et conduit au bonheur de la charité. » (CEC, 1818)

Le mendiant rencontré au bord de la route demandait donc la charité. Il avait besoin d’une promesse pour vivre. Moi aussi. C’est pourquoi, lorsqu’on me demande comment je me porte, comment ça va, je réponds presque invariablement : "Ça ira."

Jean-Baptiste MALENGE Kalunzu
jbmalenge@gmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.