Accéder au contenu principal

Le diocèse de Luebo honore le Concile Vatican II sur l’enseignement



Au diocèse de Luebo, dans la province du Kasai, Mgr Pierre-Célestin Tshitoko a présidé la messe dans l’église saint Augustin de Tshikapa-Samy, messe au cours de laquelle il a décerné des diplômes de mérite à 54 enseignants qui ont accompli au moins 50 ans de service dans les écoles conventionnées catholique de Luebo. La messe clôturait les manifestations organisées par le diocèse pour commémorer les cinquante ans de la Déclaration du Concile Vatican II Gravissimum Educationis sur l’éducation chrétienne. 


Monsieur l’abbé Henry Benda Bamanye, coordinateur diocésain des écoles conventionnées catholiques et curé de la paroisse saint Augustin de Tshikapa, a présenté à l’évêque les 54 enseignants méritants. Mgr Tshitoko les a félicités pour leur dévouement et leur engagement au service de la jeunesse, de l’Eglise et de la nation. L’évêque a invité les autres enseignants à imiter leur exemple.

Tous avaient suivi, auparavant, la conférence animée par monsieur l’abbé Boniface Miji, vicaire judiciaire du diocèse. Il avait expliqué la Déclaration conciliaire sur l’éducation chrétienne en soulignant l’importance de l’éducation dans la vie de la personne humaine. Et il l’a appliquée à la situation de l’enseignement catholique dans l’Eglise locale de Luebo.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.