Accéder au contenu principal

L’Université de l’Uele dans la nouvelle gestion des Dominicains




Au diocèse d’Isiro-Niangara, dans la province du Haut-Uele, l’Université de l’Uele, fondée et gérée par les Dominicains depuis 2001, attend un nouvel élan de ces religieux qui  célèbrent, cette année, le huitième centenaire d’existence de leur ordre.
L’ordre des prêcheurs en RDC réfléchit bien sur de nouvelles manières de prêcher la Bonne Nouvelle et donc d'agir dans l'organisation de l'université. Pour le Père Roger Gaise, recteur de l'université, les Dominicains sont engagés dans un processus de renouvellement de leur mission, dans leur mode de vie et de prêcher. L'université étant un lieu de cette mission, les Dominicains pensent à préparer des jeunes pour le doctorat.

Le ministre de l'enseignement supérieur et universitaire a rappelé aux Dominicains de faire la différence dans leur gestion de l'université. Les Dominicains savent que leur université doit apporter le changement attendu dans un milieu enclavé comme celui de la nouvelle province du Haut-Uele.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.