Accéder au contenu principal

Ouverture à Kinshasa du centenaire du martyre de Charles de Foucauld



L’année du centenaire de la mort du Bienheureux Charles de Foucauld a été ouverte le mardi 1er décembre, à Kinshasa comme ailleurs dans le monde. Avant la célébration de la messe, dans la chapelle de leur communauté à Kinshasa-Masina, les Petites sœurs de l’évangile de Charles de Foucauld ont passé une heure d’adoration au Saint-Sacrement. Les religieuses et leurs postulantes ont convié des laïcs de la Fraternité séculière Charles de Foucauld. Cette branche des laïcs est en train de se constituer depuis un an. 












Sœur Evelyne Muselefu Mubwenge constate que la simple lecture de la vie de Charles de Foucauld attire déjà bien des laïcs. Et pour la supérieure de la communauté, sœur Valeria Porcelato c’est aussi pour le fait que Frère Charles a voulu être le frère universel. « Et pour les laïcs, aujourd’hui, avec les difficultés que nous avons dans les relations, avec le tribalisme, il a une parole à dire. Et je pense aussi que pour les laïcs, Frère Charles a voulu tellement imiter la vie de Jésus de Nazareth que les laïcs peuvent y trouver une spiritualité très profonde ».


Différentes branches d’hommes et de femmes se réclament de la spiritualité de Charles de Foucauld ce prêtre français assassiné le 1er décembre 1916 dans le Sahara algérien et béatifié en 2005 par le pape Benoît XVI. 


Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.