Accéder au contenu principal

Wamba : clôture du cinquantenaire du martyre de la Bienheureuse Anoalite




Mgr Janvier Kataka, évêque de Wamba, dans la province du Haut-Uele, a présidé une messe, le mardi 1er décembre, pour la clôture de la célébration du cinquantenaire du martyre de la Bienheureuse Marie-Clémentine Anoalite Nengapeta. La religieuse assassinée le 1er décembre 1964 à Isiro, dans l’actuel diocèse d’Isiro-Niangara, est née à Wamba. Elle y a reçu le baptême et la confirmation. Elle y a étudié et s’est formée comme religieuse de la congrégation de la Sainte Famille de Kisangani. 

 
La messe de clôture du cinquantenaire s’est déroulée sur l'esplanade Bienheureuse Anoalite aménagé sur la place de la Cathédrale de Wamba. Le podium occupe l’endroit où se trouvait l’école fréquentée par la jeune Anoalite devenue plus tard enseignante à Bafwabaka. Dans l’homélie du 1er décembre dernier, Mgr Janvier Kataka a exhorté l’assemblée des fidèles à imiter les vertus de la Bienheureuse Anoalite et à témoigner du Christ sans crainte ni complaisance.

 
Les fidèles sont venus des toutes les paroisses du diocèse de Wamba, mais beaucoup d’autres étaient des pèlerins venus des diocèses voisins de Dungu-Doruma, Isiro-Niangara, Butembo-Beni et Mahagi-Nioka. Une sœur de Marie-Clémentine Anoalite était là aussi : Pauline Anzelani. Trois consœurs témoins du martyre de la religieuse étaient là aussi : les sœurs Victorine Banabeba, Gertrude Aundabo et Agnès Bimikii.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.