Accéder au contenu principal

L’Eglise à la fête du Nouvel An à Tshilomba (diocèse de Luiza)






Au diocèse de Luiza, dans la province du Lomami, dans la paroisse saint Jacques de Tshilomba, le jour de l’an 2016 a été marqué par la messe présidée dans l’église paroissiale par le curé, le père Pierre Muamba Tujibikile, missionnaire de Scheut.
La communauté ecclésiale a aussi contribué à l’organisation de la fête pour le passage à la nouvelle année. Monsieur l’abbé Jean-Marie Tshimuish explique : « Les paysans s’organisent. Ils mettent ensemble de l’argent. Ils achètent une vache. Ils l’abattent. Tous ceux qui ont contribué se partagent la viande. Et les gagne-petit peuvent ainsi avoir de la viande pour la fête du Nouvel an. »

Le prêtre, recteur de la maison d’accueil et chargé de la catéchèse scolaire, a aussi contribué pour recevoir une part tout comme les trois communautés des Sœurs de Notre-Dame de grâce de Tshilomba.

L’Eglise a aussi offert le cadre où l’on a gardé la vache en sécurité pour la nuit et où l’on dépèce et l’on distribue la viande.
L’initiative était venue des paysans eux-mêmes. Depuis l’année 2010, l’Eglise soutient cette initiative pour permettre aux pauvres de passer les festivités du Nouvel An. Les prêtres et les religieuses savent que les paysans se mettent à plusieurs familles pour s’offrir une seule part de la viande à se redistribuer.


Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.