Accéder au contenu principal

L’encyclique Laudato Si étudiée à Bukavu



L’encyclique du pape François Laudato Si a été l’objet d’une journée scientifique organisée à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu, le jeudi 28 janvier, à l'occasion de la fête de Saint Thomas d'Aquin, patron des philosophes et théologiens catholiques. Le Philosophat Isidore Bakanja de Bukavu a organisé une matinée philosophique autour du thème : "L'impératif d'une conversion écologique globale. Regards croisés sur l'encyclique Laudato Si du Pape François".
Quatre orateurs ont croisé leurs regards. Le prêtre bibliste Gaetano Cazzola a révélé "les fondements bibliques de l'encyclique", alors que le professeur Mushizi Gyavira en a proposé une "lecture philosophique". Un docteur en sciences de l'éducation, monsieur l’abbé Patrice Mukata, coordinateur des écoles conventionnées catholiques, a montré comment "éduquer à l'écologie" Enfin, un linguiste, le professeur Denis Barhishi, a parlé de "la réception protestante de Laudato Si".

Dans les interventions lors du débat, enseignants et étudiants du philosophat Isidore Bakanja ont montré leur intérêt pour l’encyclique, et un participant a souhaité la tenue d’un autre débat où l’encyclique Laudato Si recueillerait les avis d'autres spécialistes tels que les agronomes et les chimistes. JBMLK/RV

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.