Accéder au contenu principal

L’évêque de Mbuji-Mayi redonne de l’estime de soi aux albinos





L’évêque de Mbuji-Mayi, dans la province du Kasai-Oriental, Mgr Emmanuel-Bernard Kasanda, redonne de l’espoir à des albinos.
Pour la quatrième année, l’évêque partage avec eux un repas le lundi de l’Epiphanie. Les albinos sont comme les rois, des personnes respectables qui ont rendu visite à l’Enfant Jésus. Les albinos sont désormais appelés les « Blancs de chez nous », et ils sont fiers de se présenter ainsi. En effet, dans la région, les albinos sont désignés dans la même classe linguistique que les choses, les objets. Et comme ils ressemblent à des Blancs sans être vraiment blancs, on les appelle des « bitoka-toka », terme dévalorisant.

Il est arrivé aussi qu’un réseau de criminels organisait une chasse aux albinos à tuer pour commercialiser leurs organes génitaux. La pratique serait venue de l’Afrique de l’est. L’évêque de Mbuji-Mayi s’est alors saisi du cas, et il a organisé une structure de sensibilisation pour redonner de l’estime de soi aux albinos et pour le reste de la société. Les épouses ou époux de personnes albinos ne regrettent pas de les avoir pris en mariage.
Et puisque les albinos souffrent souvent de myopie, l’évêque de Mbuji-Mayi a obtenu que dans les écoles, les élèves albinos soient placés dans les premiers bancs. De même, il a obtenu quelque aide pour fournir des lunettes.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.