Accéder au contenu principal

Quatre nouveaux prêtres au diocèse de Luiza


L’évêque de Luiza, Mgr Félicien Mwanama, a ordonné quatre nouveaux prêtres pour son diocèse, le dimanche 3 janvier, au cours d’une messe concélébrée par une quarantaine de prêtres dans l’église paroissiale saint Jacques de Tshilomba, dans la province du Lomami. Ce sont messieurs les abbés Patrick Ngoy, Ignace Musaas, Jean-Claude Tshibanda et Jean-Marie Kabong.
L’évêque de Luiza a dit sa reconnaissance pour le nombre croissant de prêtres. Mais il estime que le diocèse aussi vaste que la Belgique, avec 45 paroisses seulement, a besoin de plus que les 148 prêtres actuels, dont quelques-uns sont en mission ailleurs.

Mgr Mwanama a insisté sur l’attachement du prêtre au diocèse. Le milieu rural de Luiza a besoin de prêtres qui lui soient attachés comme le demande l’Eglise.
L’un des quatre nouveaux prêtres de Luiza, monsieur l’abbé Patrick Ngoy, s’exprime au nom de tous et dit sa joie pour l’ordination mais aussi la crainte devant la mission exigeante qui les attend.




Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.