Accéder au contenu principal

Inongo : un nouveau livre sur les catéchistes

Au diocèse d’Inongo, dans la province du Mai-Ndombe, le rôle des catéchistes, agents pastoraux laïcs, est mis à l’honneur par l’ouvrage récent paru à Paris de monsieur l’abbé Joseph Belepe, ancien recteur de l’Institut de Pastorale catéchétique. L’Institut a été fondé à la veille du concile Vatican II par le premier évêque d’Inongo, Mgr Jan Van Cauwelaert. Monsieur l’abbé Basile Mputu Nzemba aura déployé tout son zèle et son intelligence comme premier recteur de l’Institut. L’Institut a été voulu comme lieu d’une formation ancrée sur le vécu culturel négro-africain. Le fruit de cette formation, ce sont les agents pastoraux laïcs. Que font-ils, par exemple ?



Ils s’occupent des communautés rurales éloignées, en l’absence du prêtre. Les paroisses comptent parfois 200 villages ! Les catéchistes aident le prêtre à tenir de façon vivante l’actualité du Message. Ils sont organisés autour d’un catéchiste responsable. Continuellement, ils s’occupent de la catéchèse des enfants, et face à des cas concrets comme la présence d’une secte dans le village, ils répondent à des questions des fidèles et les retiennent ainsi dans la foi catholique.

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.