Accéder au contenu principal

Les Filles de saint Paul éditent la "Bible africaine"


 


La Bible africaine. C’est l’attraction de la foire du livre qui se tient du 20 au 28 février sur l’esplanade en face du Palais du peuple, siège du Parlement, à Kinshasa. La Bible africaine est éditée par les Filles de saint Paul en l’année du centenaire de leur congrégation. Quelle particularité présente cette Bible africaine ?
Pour Sœur Godelieve Mastaki, supérieure déléguée du Congo et de la Côte d’Ivoire, cette Bible a la particularité de toucher à la réalité africaine, car elle comporte des introductions, notes et commentaires de biblistes africains.



La réalité socioculturelle africaine est celle de la solidarité, la fraternité mais aussi des situations difficiles, dans la recherche du bien-être avec la lumière de la Parole et de la foi.
La préface de la version française de la « Bible africaine » est de Mgr Raymond Ahoua, évêque de Grand-Bassam en Côte d’Ivoire, président de l’Association Panafricaine des Exégètes Catholiques.









Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.