Accéder au contenu principal

Clôture de l'Année de la vie consacrée à Kinshasa




Pour la clôture de l’Année de la vie consacrée, le mardi 2 février, le cardinal Laurent Monsengwo a présidé une eucharistie dans la cathédrale Notre-Dame du Congo. C’était aussi l’occasion de célébrer ses huit ans comme archevêque de Kinshasa. Avec une centaine de prêtres, trois évêques auxiliaires ont concélébré : Messeigneurs Edouard Kisonga, Donatien Bafuidinsoni et Jean-Pierre Kwambamba.















Des centaines de religieuses et religieux sont entrés dans la cathédrale comme par la Porte de la miséricorde. Ils sont venus en procession, avec des bougies allumées depuis la grotte mariale.

 

La messe du 2 février a aussi offert au Seigneur le fruit du colloque national clôturé le vendredi 28 janvier à Lubumbashi sur l’Année de la vie consacrée. La présidente nationale de l’Union des Supérieures Majeures (féminines), sœur Aimée Kapinga, supérieure régionale des Sœurs de la charité de Namur en parle en expliquant que les consacrés ont reconnu leur vie comme un don de Dieu. Ils ont reconnu aussi les ombres qui ternissent le tableau et ils ont décidé de redynamiser leur relation avec Dieu et à se mettre davantage au service de la société dans la fidélité au charisme de leurs fondateurs.

Dans la cathédrale Notre-Dame du Congo, le président de l'Assemblée des supérieurs majeurs (masculins), le père rédemptoriste Zéphyrin Luyila a lu le message que le colloque de Lubumbashi a adressé à tous les consacrés.

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.