Accéder au contenu principal

Chaire Cardinal Malula : Désir de paix. Paroles des femmes




Au premier jour de la quarante-sixième session de la Chaire Cardinal Malula, le lundi 7 mars, à l’Institut Africain des Sciences de la Mission, deux conférences prononcées en matinée ont orienté les débats et les travaux en ateliers dans l’après-midi. Le directeur de l’Institut Africain des Sciences de la Mission, le père Jean-Pierre Bwalwel, missionnaire oblat de Marie Immaculée, a parlé de « la paix au quotidien. Nature et implications ».

La professeure Josée Ngalula, religieuse de saint André, a intitulé sa conférence : « Désir de paix. Parole des femmes. » Il s’agit, en fait, de la présentation d’un ouvrage récent, œuvre d’un réseau de femmes théologiennes. Dix-neuf articles composent cet ouvrage, avec la particularité que chaque article est accompagné d’une réaction, de sorte que tout se tient en dialogue, suivant le mot malgache « malalaka » qui désigne le réseau des femmes théologiennes comme une « place du marché », où les propos se tiennent tous en dialogue.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.