Accéder au contenu principal

Funérailles de Mgr Kumuondala à Mbandaka




L’archevêque de Mbandaka-Bikoro, Mgr Joseph Kumuondala, repose désormais dans la cathédrale saint Eugène de Mbandaka. Il a été enterré le lundi 14 mars après des hommages à lui rendus dans le stade Bakusu lors d’une messe concélébrée notamment par une quinzaine d’évêques qui ont accompagné le corps du défunt depuis Kinshasa où il est mort le 5 mars. Parmi eux, le président de la Conférence épiscopale, Mgr Nicolas Djomo, évêque de Tshumbe, le cardinal Laurent Monsengwo, archevêque de Kinshasa. 

La messe des funérailles a été présidée à Mbandaka par Mgr Fridolin Ambongo, évêque de Bokungu-Ikela, administrateur apostolique de Mbandaka-Bikoro. Dans l’assemblée, le peuple de Dieu est venu aussi bien de Lisala, le diocèse où Joseph Kumuondala Mbimba est né en 1941 et de Bokungu-Ikela, diocèse dont il a été évêque depuis 1981 avant d’être transféré à Mbandaka-Bikoro.
Autour du cercueil, il y avait notamment des Sœurs de sainte Thérèse de l’enfant Jésus de Bokungu, congrégation fondée par le défunt en 1985. Sœur Pascaline Mboyo Ilo de Jésus retient que le fondateur de sa congrégation était un homme de vérité, humble et un éducateur rigoureux. Puisqu’il était un homme de foi, il faut le pleurer dans la foi, recommande la religieuse.

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.