Accéder au contenu principal

L’avenir est prometteur chez les Petites Sœurs de l’évangile de Charles de Foucauld




Soeur Carla Pilotta

La supérieure générale des Petites sœurs de l’évangile de Charles de Foucauld, sœur Carla Pilotta, venue de France, a reçu le renouvellement des voeux de Sœur Evelyne Muselefu, le mardi saint 29 mars, dans la chapelle de la Fraternité de Kinshasa-Masina. Les religieuses fondées en 1963 sont arrivées en RDC en 2008. Evelyne Muselefu est la première Congolaise à les rejoindre.
L’avenir est prometteur aux yeux de la supérieure générale, dans l’espoir de voir s’agrandir la Fraternité pour se mettre au service du peuple dont la vitalité et les attentes sont grandes.

Sœur Carla Pilotta compte sur les nombreuses vocations qui se présentent, mais elle insiste sur le fait que le temps du discernement doit être long pour permettre la maturité humaine et spirituelle. La patience est nécessaire pour l’enracinement dans la vie consacrée, pour savoir, par exemple, si le Seigneur destine à cette congrégation religieuse. Chez les petites sœurs de l’évangile, congrégation missionnaire, il faut aussi du temps pour une confrontation avec d’autres cultures et d’autres pauvretés.
Dans le charisme de la congrégation, on se consacre, partout, à vivre au milieu des pauvres, des plus abandonnés, pour être au milieu d’eux signe de l’amour du Christ. 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.