Accéder au contenu principal

Le brigand ou l'innocent ?



Au cœur des jours et des nuits

Le brigand ou linnocent ?

Pourquoi la foule des Juifs a-t-elle préféré la libération de Barrabas, le bandit, à celle de Jésus, l’innocent ? Qu’on se pose bien la question pour savoir pourquoi le cœur de l’homme et de la femme préfère l’injustice, le mensonge à la vérité et à la lumière. Jésus de Nazareth est venu dénoncer le mensonge et le mal, et il va le réussir de la belle manière, en devenant victime du mensonge et du mal. Qui perd gagne, a-t-il enseigné, qui meurt vivra, a-t-il encore dit, et cette logique, aucun de ses adversaires ne pouvait y penser. Tous croient gagner la vie, s’y accrocher par tous les moyens, même le mensonge. Voilà pourquoi la victoire de Jésus sera éclatante, implacable.
La foule des Juifs connaissait Barrabas, ce brigand emprisonné pour meurtre et émeute. Mais les autorités juives demandent au gouverneur romain Pilate de le relâcher plutôt que Jésus contre lequel Pilate lui-même dit ne trouver aucun chef d’accusation. Quelques juifs avaient bien de l’admiration pour ce Jésus. Mais la foule, partout et toujours, a de la sympathie, de l’admiration pour les bandits, les Barrabas.

Pourquoi des femmes d’un quartier de Bruxelles, en Belgique, ont-elles menacé les policiers qui venaient d’arrêter un bandit recherché durant quatre mois pour la mort de dizaines de personnes innocentes tuées à Paris ? Durant quatre mois, les polices et les services de renseignement recherchaient l’individu soupçonné d’avoir participé au massacre après l’avoir préparé. Mais dans son quartier de Bruxelles, l’individu avait trouvé refuge. Et le jour de sa capture, des enfants du quartier lancèrent des pierres contre la police. Des femmes insultaient les policiers. Les garçons rêvent sans doute d’imiter un jour les exploits du bandit qu’ils tiennent pour un héros. Ils voudraient devenir aussi célèbres que l’ennemi public.
Pourquoi, en République démocratique du Congo, et dans bien d’autres pays d’Afrique, des chefs rebelles sont-ils adulés ? Pourquoi sont-ils élus lors des élections ? Des filles et des garçons les admirent pour leur courage et leur violence. Charles Taylor, seigneur de guerre libérien, avait gagné les élections en 1996 avec un slogan-choc. « J’ai tué ton père, j’ai tué ta mère, vote pour moi si tu veux la paix », disait le slogan de la campagne électorale. Et la foule a voté pour l’ancien chef rebelle.
Pourquoi la foule préfète-telle Barrabas, le brigand à Jésus, le non-violent ? Et pourquoi la Bible ne nous cache-t-elle pas ce qui pourrait s’appeler l’échec de la vérité et de la non-violence de Jésus ? La Bible ne cache rien parce que, en réalité, la violence et le mensonge n’ont pas eu le dernier mot. A la grande confusion des Juifs, le vainqueur, ce fut Jésus. Il ressuscita des morts, et sa victoire éclata pour confondre le mensonge.
Lorsque son disciple Simon-Pierre avait tranché l’oreille droite d’un certain Malchus qui était parmi ceux qui venaient l’arrêter, Jésus dit à Pierre : « Remets l’épée au fourreau. » (Jean 18,11). Jésus pratiquait la non-violence.
Mais la foule des Juifs, des Congolais et de bien d’autres peuples, toujours et partout, préfère le mensonge, la force, la brutalité. Jésus avait raison en disant aux femmes de Jérusalem qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur son chemin de croix : « Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi, mais pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants. » (Luc 23,28)
Jean-Baptiste MALENGE Kalunzu
jbmalenge@gmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.