Accéder au contenu principal

Le diocèse de Popokabaka a dit au revoir à Mgr André Mayamba





Sous le signe de la miséricorde du Seigneur, le diocèse de Popokabaka, dans la province du Kwango, a dit au revoir, le samedi 23 avril, à son premier évêque émérite autochtone, Mgr André Mayamba, décédé à Kinshasa le 12 avril, à l’âge de 85 ans.
Il repose maintenant dans la cathédrale sainte famille de Popokabaka, cette cathédrale où il a eu son siège épiscopal pendant 38 ans de ses 57 ans de sacerdoce.
Le 23 avril, son successeur sur le siège épiscopal, Mgr Louis Nzala, a présidé l’eucharistie, et l’évêque de Kikwit, Mgr Edouard Mununu a dit les absoutes. L’évêque d’Idiofa, Mgr Joseph Moko et l’évêque de Kenge, Mgr Gaspard Mudiso, ainsi que deux évêques auxiliaires de Kinshasa, messeigneurs Jean-Pierre Kwambamba et Edouard Kisonga, ont concélébré avec une quarantaine de prêtres.

L’immense assemblée des fidèles a rendu grâce au Seigneur pour son serviteur, Mgr André Mayamba Kathongo Matuti. Le professeur Théophile Mbemba, ministre de l’enseignement supérieur et universitaire, a représenté le président de la République Joseph Kabila.
Le jeudi 21 avril, dans la cathédrale Notre Dame du Congo, à Kinshasa, le cardinal Laurent  Monsengwo, avait présidé une première messe des suffrages pour Mgr Mayamba. Une dizaine d’évêques avaient concélébré, avec une centaine de prêtres. Le cardinal Monsengwo a remercié le Seigneur qui a rappelé à lui son serviteur en l’année sainte de la miséricorde. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.