Accéder au contenu principal

Le reboisement pour soigner les blessures du monde





Le père Joseph Bura Bataona, missionnaire de Scheut, a planté 150 000 arbres à Tshilomba, au diocèse de Luiza, dans la province de Lomami.

« C’est bien pour le bois d’œuvre et pour l’oxygène », explique d’emblée le missionnaire. Préoccupé par le changement climatique, il s’emploie à l’expliquer aussi aux enfants et aux jeunes gens qui le fréquentent.  Il recourt à un proverbe en langue ciluba pour dire que c’est seulement l’arbre qui appelle la pluie. Et lorsque la saison sèche se fait longue, les enfants se reprochent d’avoir brûlé des arbres et regrettent de ne pas en avoir assez pour appeler la pluie…



Le missionnaire de Scheut dit la messe, visite les communautés de base pour former les chrétiens, explique la parole de Dieu. Il lui reste du temps, estime-t-il, et il le consacre à soigner les blessures du monde, d’après une expression empruntée au pape François.





L’Indonésien retrouve le climat tropical de son pays, il tire de son expérience les ressources pour contribuer au bonheur de la population en montrant la valeur de l’arbre surtout pour les jeunes générations. Le missionnaire du Cœur immaculé de Marie apprend aussi à creuser des étangs, à vaincre la pauvreté grâce à ce travail manuel. 



 





Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.