Accéder au contenu principal

Les supérieurs majeurs des Oblats d’Afrique-Madagascar se sont réunis en Namibie





Une vingtaine de supérieurs majeurs des Missionnaires oblats de Marie Immaculée, provinciaux, supérieurs de délégations et de missions, venus d’une vingtaine de pays, du Sénégal en Afrique du Sud et Madagascar, du Kenya en Angola, anglophones et francophones, se sont retrouvés depuis le mardi 5 avril en conférence de la Région oblate Afrique-Madagascar au Centre Maria Regina de Dobra, près de Windoek en Namibie. Le provincial de la RDC et de l’Angola, le père Abel Nsolo était là, et le modérateur de la rencontre était le père Jean-Baptiste Malenge de la RDC.
Le vendredi 8 avril, le père Edouard Dagavounansou, supérieur provincial du Cameroun, a été élu président de la Région. Il comprend sa tâche comme celle d’accompagner ses confrères vers une vision commune de la mission oblate dans le monde d’aujourd’hui. L’Afrique a beaucoup de vocations. C’est dans la synergie qu’il convient de former les jeunes.



Père Edouard Dagavounansou
La rencontre de Dobra aura permis aussi aux Oblats d’Afrique de se préparer pour un apport certain au prochain Chapitre général de la congrégation qui se tiendra en septembre à Rome, en cette année du deux centième anniversaire d’existence de la Congrégation fondée en 1816 en France par saint Eugène de Mazenod.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.