Accéder au contenu principal

Il n'y a pas encore d'exorciste nommé à Kinshasa




L’archevêque de Kinshasa a procédé à la clôture, le mercredi 25 mai, des Journées sacerdotales tenues pendant trois jours dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph sur le thème de la pratique de l’exorcisme dans l’archidiocèse de Kinshasa.
Le cardinal Laurent Monsengwo était entouré de ses quatre auxiliaires. L’un d’eux, le vicaire général, Mgr Timothée Bodika, a lu les recommandations des Journées sacerdotales et dit la joie d’avoir réfléchi ensemble et partagé le souci de tous de vivre correctement la foi catholique en abordant sous divers angles le sujet important de l’exorcisme pour l’identité catholique. Et L’archevêque a alors rappelé que l’exorcisme ne peut se pratiquer qu’avec l’autorisation préalable de l’évêque. Or, dans l’archidiocèse de Kinshasa, malgré les prétentions de certains prêtres et la croyance de bien des fidèles, l’exorcisme comme tel n’est pas pratiqué. L’archevêque n’a encore nommé aucun exorciste.


Le président de l’Assemblée du clergé kinois, monsieur l’abbé Georges Njila, recteur du grand séminaire de théologie Jean XXIII, a rappelé les objectifs poursuivis par le choix du thème : la catéchèse, pour dire à tous les fidèles que l’archevêque n’a pas encore nommé d’exorciste ; la conscientisation des prêtres à ce sujet et la formation permanente  sur un sujet d’actualité pour la pastorale.

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.