Accéder au contenu principal

Le nonce apostolique a expliqué l’accord-cadre entre le Saint-Siège et la RDC




Le nonce apostolique, Mgr Luis Mariano Montemayor, expliquait à la presse, le vendredi 20 mai, l’accord-cadre qui était signé à l’heure même au Vatican, entre le Saint-Siège et la République Démocratique du Congo. Le secrétaire de la nonciature, Mgr Daniel Liessi, a donné lecture d’un communiqué de presse, puis le nonce apostolique a fait un exposé puis répondu aux questions des journalistes sur les tenants et les aboutissants de l’accord-cadre fixant le cadre juridique des rapports réciproques entre la RDC et le Saint-Siège. L’accord vise la collaboration entre l’Eglise catholique et l’Etat pour le bien de la population, a dit le nonce. Le bien se fait déjà, a-t-il rappelant, en remontant même dans l’histoire, avec un premier accord en 1906.




Une originalité de l’accord-cadre d’aujourd’hui, c’est la nomination, par la Conférence épiscopale, d’un officier de liaison pour assurer la communication avec l’Etat par des contacts réguliers.
Le nonce apostolique a aussi indiqué les étapes ultérieures seront l’approbation du Parlement, puis le décret de ratification, la signature par le Président de la République, puis ratification par le Saint-Père. 











Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.