Accéder au contenu principal

« Par sa voix, Jules Shungu Wembadio a rendu gloire à Dieu », déclare Mgr Nicolas Djomo



Les hommages rendus pendant trois jours par le peuple congolais et l’Afrique au « père de la rumba congolaise », le chanteur Jules Shungu Wembadio dit Papa Wemba, ont culminé, le mercredi 4 mai, dans la messe des funérailles présidée dans la cathédrale Notre-Dame du Congo par le cardinal Laurent Monsengwo, archevêque de Kinshasa. Le président de la conférence épiscopale, Mgr Nicolas Djomo, évêque de Tshumbe, a concélébré et prononcé l’homélie. Trois évêques auxiliaires de Kinshasa, messeigneurs Timothée Bodika, Jean-Pierre Kwambamba et Donatien Bafuidinsoni ont concélébré ainsi qu’une centaine de prêtres.

Papa Wemba a donné la pleine mesure de ce qu’une vie, une œuvre et les qualités humaines d’une personne peuvent apporter à un pays ou à une nation, a dit le cardinal Monsengwo, reconnaissant tous les témoignages de la nation et notamment le fait que le président de la République, Joseph Kabila, a eu raison d’élever, à titre posthume, Jules Shungu Wembadio, au rang de grand officier dans l’ordre des héros nationaux.

Le cardinal Monsengwo a souligné qu’il convenait, pour le chrétien, que les potentialités qui mirent en lumière le don de Dieu dans la vie de Papa Wemba, soient sublimées dans une eucharistie pour offrir à Dieu la vie et l’œuvre de Papa Wemba et pour que les vivants s’engagent à donner sens à la grâce de Dieu en chacun d’eux.

Dans l’homélie, Mgr Nicolas Djomo a salué tout le témoignage rendu au défunt comme symbole d’unité et de solidarité nationale. Jules Shungu Wembadio était aussi un croyant catholique qui n’avait pas honte ni peur de présenter sa foi en public. Le président de la Conférence épiscopale a souligné la participation du chanteur à la campagne menée en 2012 par le pape Benoît XVI et l’Eglise d’Afrique par le Synode des évêques pour le combat de la justice, la paix et la réconciliation. Par sa voix, Jules Shungu Wembadio a rendu gloire à Dieu, a dit Mgr Djomo, qui a souhaité que toute vertu qu’il y avait dans la vie et l’œuvre du digne fils de la RD Congo et de l’Eglise puisse édifier et stimuler les engagements citoyens et chrétiens pour un monde nouveau, une terre nouvelle.

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.