Accéder au contenu principal

Sœur Catherine Yolo, supérieure régionale des Filles de Jésus crucifié



 
La congrégation missionnaire des Filles de Jésus crucifié en RDC vient de se doter d’une nouvelle supérieure supérieure régionale, la toute première Congolaise, sœur Catherine Yolo. La supérieure générale, Madre Feliciana Moro, a fait le voyage de Rome pour installer officiellement, le 13 mai, à Kinshasa, la nouvelle supérieure régionale.
La congrégation des Filles de Jésus crucifié a été fondée en Italie le 8 décembre 1925 par Padre Salvatore Vico. La spiritualité de la congrégation est « oblative et sacerdotale ». Les religieuses soutiennent les prêtres dans leurs œuvres, prient pour la sainteté de tous les prêtres. Suivant leur  charisme, elles s’occupent d’abord des démunis, orphelins, handicapés, vieillards.

Présente aussi au Brésil, en RDC et au Gabon, la congrégation s’adapte aux besoins des diocèses. C’est ainsi qu’au diocèse de Budjala, où elles sont arrivées en 1976, et dans celui de Molegbe, les religieuses gèrent des hôpitaux et des centres de santé et des écoles. Dans le diocèse de Kisantu, elles ont ouvert une école maternelle et s’occupent de la promotion de la femme.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.