Accéder au contenu principal

Les recteurs des universités et instituts supérieurs catholiques du Congo en réunion à Kinshasa




Au nom du président de la Conférence épiscopale nationale du Congo, Mgr Nicolas Djomo, évêque de Tshumbe, le président de l’Association des Universités et Instituts Supérieurs catholiques du Congo, monsieur l’abbé Jean Bosco Matand, recteur de l’Université catholique du Congo, a ouvert, le lundi 20 juin, les travaux de la troisième assemblée générale de l’association.
Une vingtaine de recteurs et directeurs généraux y participent, dans la salle Mgr Maurice Plevoets de l’Université catholique, autour du thème : « Les enjeux du système LMD (Licence-Maîtrise-Doctorat) au sein des établissements d’enseignement supérieur et universitaire catholiques du Congo ».

Où en sont les universités catholiques dans l’application et la critique de ce système adopté depuis deux ans par une loi-cadre du pays ? Les conférences et échanges à ce sujet ont été précédés par un discours du professeur Jean Bosco Matand rappelant notamment les attentes de l’Eglise : les établissements de l’enseignement supérieur et universitaire sont des instruments importants pour l’évangélisation en profondeur, au service de l’Eglise, du pays et des cultures, grâce à un enseignement supérieur et à des recherches scientifiques de qualité, le tout illuminé par la lumière du Christ.


Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.