Accéder au contenu principal

Le père Talabo a été enterré à Lusaka


Le père Jean-René Talabo, mort à Lusaka (Zambie) le dimanche 14 août, a été enterré aujourd'hui, 18 août, dans le cimetière de la maison de formation oblate de Makeni à Lusaka. La messe de requiem a eu lieu dès 9H30.  Le défunt, ordonné prêtre en 1993 à Kinshasa, a été vicaire dans la paroisse saint Eloi de Kinshasa-Barumbu avant d'aller en mission en Zambie en 1996. Depuis vingt ans, il aura été, en Zambie, curé de paroisse et formateur de jeunes oblats et de laïcs après sa thèse de doctorat soutenue aux Etats-Unis d'Amérique.

A Kinshasa, la mêsse de requiem a débuté à 9H30 dans l'église saint Eloi. Le supérieur provincial, le père Abel Nsolo, a présidé l'eucharistie concélébrée par une trentaine de confrères dont Mgr Louis Mbwol, évêque émérite d'Idiofa.




Le père Lin Kiekie, condisciple de promotion du père Talabo, a prononcé l'homélie. Pour sa part, le père Nsolo a indiqué combien le défunt a reçu, en Zambie, des hommages réservés à un pionnier. Le père Jean-René Talabo est le premier oblat africain qui a rejoint des confrères américains missionnaires dans l'actuelle délégation oblate de la Zambie.

En remerciant la famille du défunt, le père provincial a expliqué pourquoi les Oblats, comme missionnaires, sont enterrés dans leur terre de mission, sur le lieu de leur mort. Il en fut déjà ainsi du temps du Fondateur de la congrégation, saint Eugène de Mazenod. Depuis, les règles oblates l'ont organisé ainsi.


Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.