Accéder au contenu principal

Matadi : un mouvement d’action catholique pour aider les prêtres



Au diocèse de Matadi, dans la province du Kongo-Central, le mouvement d’action catholique Luzolo lwa mbote (bonne volonté), né dans la paroisse Christ-Roi de Mbanza-Ngungu, s’étend dans le diocèse et ailleurs.

Monsieur l’abbé Hyppolite Lubiku, vicaire de la paroisse saint Joseph de Songololo, explique : « Le mouvement est né de la dévotion de madame Mbingila (d’heureuse mémoire), épouse d’un enseignant, dans la paroisse Christ-Roi de Mbanza-Ngungu. Chaque matin, la fervente balayait l’église, entretenait la paroisse, nettoyait les ornements liturgiques des servants de messe et des prêtres et venait en aide aux nécessiteux.
Dans sa suite, un mouvement est né, il s’est étendu dans sa paroisse, puis dans d’autres paroisses de la ville de Mbanza-Ngungu avant le diocèse voisin de Kisantu puis dans quelques autres diocèses de l’ancienne province du Bandundu. Les membres sont des hommes ou des femmes, des jeunes et des adultes. Leur travail est d’accompagner les prêtres dans le travail pastoral. Les prêtres sont parfois fort occupés, et les membres du mouvement entretiennent la propreté, assurent la bonne hygiène du presbytère. Les membres se dévouent ainsi pour leurs prêtres. Ils viennent surtout en aide aux prêtres malades par la prière, le soutien matériel, l’accompagnement. » 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.