Accéder au contenu principal

Ordination d’un nouveau prêtre à Lisala


L’évêque de Lisala, dans la province de la Mongala, Mgr Ernest Ngboko Ngombe, a procédé à sa toute première ordination sacerdotale, le dimanche 14 août. Sur la place de l’église paroissiale sainte famille de Binga, à 130 kilomètres de Lisala, l’évêque a ordonné prêtre le diacre Michel Magangu. Dans la suite de l’évêque, vingt et un prêtres de Lisala ont imposé les mains sur leur jeune confrère. Des autorités politico-administratives étaient là dans l’assemblée des fidèles venus aussi des deux autres paroisses du doyenné sainte Famille : Saint Paul Talier et Notre Dame du Saint Rosaire.


A l’homélie, l'évêque de Lisala a d’abord montré le sens de la fête de l’Assomption célébrée, cette année, le 14 août dans l’Eglise de la RDC. L’évêque a ensuite exhorté le diacre ordinand, monsieur l’abbé Michel Magangu, à imiter Marie qui a bien suivi les pas du Christ. Mgr Ngboko a expliqué à l’assemblée que le sacerdoce n’est pas une promotion sociale ni une profession, mais qu’il est un état de vie nécessitant le renoncement, le sacrifice, la croix. Le prêtre, a-t-il dit, doit toujours donner aux autres le Christ, par son agir, son parler, bref par toute sa vie. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.