Accéder au contenu principal

Profession religieuse à Kenge chez les Soeurs salésiennes de la visitation

Soeur Rose Pemba


Au
    diocèse de Kenge, dans la province du Kwango, le mercredi 3 août, dans l'église paroissiale Notre-Dame de la paix de Kenge, les Soeurs salésiennes de la visitation ont accueilli trois nouveaux membres, qui ont prononcé leurs premiers voeux entre les mains de la supérieure régionale du Congo, soeur Angélique Wolang. Ce sont les soeurs Bénédicte Kibwenge, Hélène Nzebeke et Noëlline Wakama.
Une consoeur aînée, soeur Rose Pemba, a prononcé ses voeux perpétuels, tandis que les postulantes Dering Milwala et Violaine Bungu ont fait leur entrée au noviciat.

L'évêque de Kenge, Mgr Jean-Gaspard Mudiso, a présidé la messe concélébrée par une trentaine de prêtres venus de paroisses du diocèse de Kenge mais aussi de Popokabaka et de l'archidiocèse de Kinshasa.
A la fin de la messe, soeur Rose Pemba a prononcé un mot de remerciement pour la congrégation qui lui a fait confiance et qui l'a formée, et pour l'homélie de Mgr Mudiso. Soeur Hélène Nzebeke a retenu de cette homélie l'enseignement selon lequel les voeux sont un don de Dieu qu'il faut jalousement gardé et qu'il faut vivre en communauté.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.