Accéder au contenu principal

Voeux perpétuels de sœur Angélique Tiba




« Que ton oui reste oui !» Philippe Misambu l’a recommandé ainsi le samedi 13 août à sa nièce Angélique Tiba, religieuse de saint Joseph de Cuneo. L’oncle a remis à la nièce une houe en signe de bénédiction. Il a prié pour elle après l’avoir accompagnée jusque devant l’autel dans l’église paroissiale Notre-Dame d’Afrique de Kinshasa-Lemba. Sœur Angélique Tiba. Une heure plus tard, la religieuse prononçait ses vœux perpétuels entre les mains de sœur Marthe Etshaunga, supérieure déléguée des sœurs de saint Joseph de Cuneo. C’était en présence de parents, amis et une trentaine de consœurs.

A l’autel, une quarantaine de prêtres concélébraient. A l’homélie, le président de l’eucharistie, monsieur l’abbé Joseph Mpundu, prêtre de l’archidiocèse de Kinshasa, a exhorté la religieuse à la persévérance après l’avoir félicitée pour son courage. Pour l’abbé Mpundu, en émettant des vœux perpétuels, la religieuse relève le défi dans un monde marqué le non-respect des engagements, par le provisoire et le transitoire et la peur d’engagements définitifs.

En remerciant ses supérieures et toute l’assemblée à la fin de l’eucharistie, sœur Angélique Tiba n’a pas oublié monsieur l’abbé Mpundu : « Vos conseils resteront gravés dans mon cœur ». 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.