Accéder au contenu principal

Kilwa-Kasenga : ordinations et Jubilé sacerdotal


Le samedi 3 septembre, dans la paroisse sainte Famille de la cité de Pweto, dans le diocèse de Kilwa-Kasenga, dans la province du Haut-Katanga, Mgr Fulgence Muteba a ordonné trois prêtres, messieurs les abbés Valentin Kibanza, Denis Mofya et Jacques Mwelwa. L’évêque de Kilwa-Kasenga a aussi ordonné un diacre, monsieur l’abbé Raphaël Mwelwa. L’évêque leur a recommandé notamment de suivre l’exemple de fidélité d’aînés qui fêtaient leurs vingt-cinq ans de sacerdoce : Monsieur l’abbé Séverin Sebente, curé de la paroisse Saint Joseph Somboshi et monsieur l’Abbé Hilaire Kamba, natif du diocèse de Kilwa-Kasenga mais incardiné dans le diocèse voisin de Manono.

A l’attention des aînés comme des jeunes prêtres et diacre, Mgr Muteba a expliqué que le ministère sacerdotale n’est ni une promotion sociale ni un privilégie spécial, mais qu’il est un service aux autres, à la manière du Christ, Grand Prêtre. Mgr Muteba a ensuite esquissé les exigences du sacerdoce. Il a exhorté toute la communauté chrétienne à soutenir et à accompagner dans leur ministère sacré les prêtres et les diacres.
Dans l’assemblée se trouvaient de nombreux prêtres, religieux et religieuses, dont certains sont venus du diocèse voisin de Mansa en Zambie.

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.