Accéder au contenu principal

L'abbé Robert Esamba célèbre en Eglise ses vingt-cinq ans de sacerdoce






Monsieur l'abbé Robert Esamba, prêtre du diocèse de Mweka, dans la province du Kasai, a célébré ses vingt-cinq ans de sacerdoce le dimanche 25 septembre à Kinshasa. Entouré d'une vingtaine de confrères prêtres, il a présidé une concélébration eucharistique dans l'église saint Dominique de Kinshasa-Limete.
Les invités, membres de la famille, mais surtout des religieuses et des prêtres, ont entouré le prêtre dans un repas organisé dans la communauté des Soeurs salésiennes de la visitation.



Remerciant son évêque, Mgr Gérard Mulumba, et tout le clergé du diocèse de Mweka, le prêtre a néanmoins reconnu, pendant la messe, que ses vingt-cinq ans de sacerdoce doivent aussi beaucoup aux confrères prêtres et aux religieuses et aux fidèles rencontrés à travers les années. Monsieur l'abbé Esamba, licencié en communication de l'Université catholique du Congo, parle les quatre langues nationales (kikongo, lingala, tshiluba et swahili) pour avoir séjourné  à divers endroits du pays.







Dans l'homélie de la messe, le père Baudouin Mubesala, oblat de Marie Immaculée, a rappelé la responsabilité du prêtre comme rassembleur en Eglise, au-delà de tout enfermement.


Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.