Accéder au contenu principal

Les deux prêtres arrêtés par la police à Kinshasa sont libres

Abbé Prosper Sindani et abbé Jean-Paul Mboma















Monsieur l'abbé Prosper Sindani et monsieur l'abbé Jean-Paul Mboma, prêtres du diocèse de Kikwit, dans la province du Kwilu, sont libres. Ils ont été arrêtés par la police le lundi 19 septembre. Ils ont été libérés hier mardi vers 18H00, après une nuit dans un cachot du service du "casier judiciaire" à Kinshasa-Gombe.

Vers 11H, le lundi 19 septembre, cinq prêtres de Kikwit ont accouru de leur maison diocésaine située sur l'avenue de la Révolution vers la communauté des Soeurs de la charité de Namur située sur le "petit boulevard" du quartier résidentiel dans la même commune de Limete. Les religieuses avaient appelé au secours, craignant l'incendie qui consumait la maison voisine, le siège du parti politique CNC de Pius Mwabilu. Les prêtres ont aidé à éloigné tout danger. Et ils rentraient chez eux, en passant par la place commerciale de la septième rue. Là, trois jeeps de la police survinrent, tirant, lâchant du gaz lacrymogène et arrêtant des passants. Deux des cinq prêtres ont ainsi été arrêtés...




Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.