Accéder au contenu principal

Kinshasa : A 15 ans, ils ne seront plus servants de messe





Puisqu’il a atteint 15 ans d’âge, Henri Mangoba, de la paroisse saint Eloi de Kinshasa-Barumbu, ne sera plus servant de messe. C’est la règle dans l’archidiocèse de Kinshasa. Récemment, lors d’une messe où leur curé célébrait ses vingt-cinq ans de sacerdoce, Henri Mangoba et une dizaine d’amis, garçons et filles, ont reçu des hommages de la communauté paroissiale et des diplômes d’honneur des mains du curé, le père Augustin Anem. 

Au nom de ses compagnons, Henri Mangoba a exprimé sa joie et sa douleur. La joie de terminer avec brio une activité de plusieurs années, et la tristesse de quitter une habitude de servir Dieu à l’autel, chaque matin, « parfois sous la pluie ».


Mangoba remercie les aînés encadreurs, le sacristain, les prêtres et les bayangeli, les responsables des communautés de base, sans oublier les parents qui réveillaient leurs enfants chaque matin pour les voir arriver à temps à l’église. 

Avec Henri Mangoba, les jeunes adolescents, filles et garçons, qui ne seront plus servants de messe, peuvent désormais, s’ils le désirent, poursuivre leur formation religieuse dans un groupe apostolique comme celui des Bilenge ya Mwinda, les jeunes de la lumière ou encore la Légion de Marie voire le Renouveau charismatique catholique. 


Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.