Accéder au contenu principal

Luiza : le travail des champs est témoignage des Sœurs de Notre-Dame de grâce de Tshilomba








Au diocèse de Luiza, dans les provinces du Kasai oriental, du Kasai central et du Lomami, les Sœurs de Notre-Dame de grâce de Tshilomba vivent notamment du travail des champs. C’est un témoignage et un enseignement pour la population paysanne.
La supérieure générale de la congrégation, sœur Marcelline Tshibangu Kongolo, explique que les champs sont un moyen de sa propre prise en charge. Les subsides ne venant plus de nulle part, les religieuses doivent vivre de leurs efforts. Autrefois, on n’imaginait pas les soeurs travaillant aux champs. C’est bien une obligation aujourd’hui. La terre est là. Et c’est l’exigence de la Genèse, dans la Bible, de soumettre la terre. L’année passée, pour leur survie quotidienne, les religieuses ont récolté du riz, du manioc, du maïs et des bananes.

 
Le travail des champs est aussi un moyen de témoigner aux yeux de la population qui est paysanne. Nous partageons la même vie avec notre population. Il faut l’encourager.
L’année dernière, une vingtaine de paysans sont allés demander des grains pour leurs propres champs de riz. C’est une bonne appréciation, estime sœur Marcelline Tshibangu.
La congrégation des Sœurs de Notre-Dame de grâce de Tshilomba a été fondée en 1952 par Mgr Georges De Kettel, missionnaire du Cœur Immaculé de Marie, alors évêque de Kabinda. Les religieuses sont présentes aujourd’hui dans les archidiocèses de Kinshasa et de Lubumbashi et dans les diocèses de Luiza et de Mbuji-Mayi. Elles viennent d’ouvrir une communauté missionnaire en Italie.  










Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.