Accéder au contenu principal

Le centenaire de la mort du bienheureux Charles de Foucauld célébré à Kinshasa





La célèbre prière intitulée Je m’abandonne à toi, du bienheureux Charles de Foucauld, a été chantée en langue lingala le 1er décembre dernier dans la chapelle des Petites Sœurs de l’Evangile à Kinshasa-Masina par le groupe musical Bana Mbila de monsieur l’abbé Jean-Pierre Makamba. Le prêtre de l’archidiocèse de Kinshasa a composé la musique et l’a exécutée avec son groupe pour la célébration du centenaire de la mort du bienheureux Charles de Foucauld, prêtre français assassiné le 1er décembre 1916 en Algérie et béatifié par le pape Benoït XVI en 2005. La congrégation des Petites Sœurs de l’évangile de Charles de Foucauld a été fondée par le père René Voillaume pour mener une vie religieuse contemplative et missionnaire sur les pas de Charles de Foucauld. Les religieuses sont établies à Kinshasa depuis 2008.

Monsieur l’abbé Denis Liaki, de l’archidiocèse de Kinshasa, a présidé la messe à laquelle ont participé les religieuses avec leurs aspirantes mais aussi des laïcs membres de la grande famille spirituelle foucaldienne.
L’assistante générale des Petites Sœurs de l’évangile, sœur Fadi Bruna, venue de France, a notamment expliqué à l’assemblée le logo conçu par la famille foucaldienne pour ce centenaire.

« On y voir le cœur et la croix, symbole de l’amour de Dieu pour l’humanité. Jesus Caritas /Dieu est amour. (Frère Charles commençait toujours ces lettres avec ce symbole.)
Le cœur est entouré par l’arc en ciel : Signe d’alliance entre Dieu et l’humanité.   Dans toutes les nuances des couleurs on peut y voir toute la beauté des différences entre les peuples. Pour la famille spirituelle foucauldienne, la diversité des états de vie qu’y sont représentés, laïcs, prêtres, religieux et religieuse / vierges consacrées, groupes internationaux ou autochtones… Cet arc-en-ciel traverse le cœur …. S’enrichit de l’amour de Dieu pour pourvoir le partager, le donner au monde. La croix a son bras horizontal comme une flèche… qui ne blesse pas car sa pointe est un épi de blé.  Un grain tombé dans la terre, terre qu’est le monde.  Un monde qui a besoin de vie, un monde qui a besoin d’être fécondé par l’amour de Dieu pour germer à la Vie ».

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.