Accéder au contenu principal

Noël à Tshumbe



Dans l’homélie de la messe de la nuit de Noël, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a invité les fidèles à s’associer au Saint-Père François pour prier afin que la conscience de tous les Congolais, spécialement celle des dirigeants, soit éclairée par la lumière de Noël. Qu’advienne pour tous une paix véritable et un bonheur durable. 

L’évêque de Tshumbe est arrivé à Tshumbe quelques heures seulement avant la messe de la nuit de Noël. Il est l’un des six évêques qui mènent, à Kinshasa, les négociations politiques encore en cours pour une sortie de crise. Les travaux s’étaient poursuivis toute la nuit du 23 au 24 décembre avant d’être suspendues, et l’évêque de Tshumbe, ancien président de la Conférence épiscopale nationale, avait pris l’avion jusqu’à Lodja avant de continuer par la route sur 150 km. Les fidèles l’attendaient désespérément dans la cathédrale. Leur attente a été comblé.


En commentant les textes liturgiques, Mgr Djomo a indiqué que l’Enfant-Jésus étalé dans la mangeoire est mystérieusement ce Soleil qui se lève sur le monde des ténèbres. Mais plus qu’un astre extérieurement lumineux, Noël est plutôt cette lumière qui pénètre les cœurs, les éclaire de l’obscurité du péché afin de rendre les hommes nouveaux et capables d’aimer de l’amour de Dieu. Ainsi, a poursuivi l’évêque, célébrer Noël, c’est célébrer notre renouvellement dans le Christ ainsi que notre joie de devenir nous aussi des signes d’espérance dans une société en mal d’amour et de paix.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.