Accéder au contenu principal

L’évêque de Mbuji-Mayi pour la paix et la réconciliation à Kabeya-Kamwanga




L’évêque de Mbuji-Mayi, dans la province du Kasai oriental, Mgr Bernard-Emmanuel Kasanda, a présidé une messe pour la paix et la réconciliation à Kabeya-Kamwanga, le dimanche 15 janvier. L’évêque est allé consoler les sinistrés et célébrer cette messe pour le retour de la paix dans les territoires de Kabeya Kamwanga et de Miabi, en proie à l’insécurité causée par la milice armée du chef Kamwina Nsapu. Les forces armées affrontent des éléments de cette milice depuis plusieurs mois dans quatre provinces du Grand Kasai : Kasai-central, Kasai-oriental, Kasai et Lomami. 

Dans le territoire de Kabeya Kamwanga, les troubles ont poussé la population à fuir ou à se réfugier en brousse, avec toutes les conséquences néfastes sur la vie.


Dans l’homélie de la messe pour la paix, Mgr Bernard-Emmanuel Kasanda a rappelé que la dignité de l’homme doit être respectée en toute circonstance. L’évêque de Mbuji-Mayi a désapprouvé le comportement de certains fils du Territoire de Kabeya-Kamwanga qui exercent la violence et plongent la contrée dans la misère. L’évêque a invité chacun à se convertir, à revenir au bon sens pour que la vie reprenne normalement. 

Mgr Kasanda a remercié tous ceux qui travaillent pour protéger et sauver la vie humaine pendant le temps de crise. 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.