Accéder au contenu principal

Assemblée des « mamans catholiques » au diocèse de Molegbe



Au diocèse de Molegbe, dans la province du Nord-Ubangi, le mouvement des mamans catholiques de la paroisse sainte Marie de Bobito, vient de tenir une assemblée générale à Ndango. Pendant trois jours de réunions publiques, différents thèmes ont été exposés par différents orateurs. Des milliers de participants ont ainsi été édifiés notamment sur la santé et la propreté dans un foyer, le rôle de la femme dans l’Eglise et le rôle spécifique de la maman catholique. L’infirmière Marie Dengese, la présidente des mamans catholiques Christine Loko et le diacre capucin José Kabeya ont été les principaux animateurs.


Le curé de la paroisse, le père capucin Joseph Bosokpale, a présidé la messe de clôture le 12 février. A l’homélie, il a rappelé aux mamans catholiques leur rôle dans la vie de l’Eglise. Comme Anne et la Sainte Vierge dans la Bible, la maman catholique peut aussi devenir modèle de foi pour notre temps, jouer un rôle essentiel dans la vie de l’Eglise, a souligné le prêtre. 

Le père Bosokpale a aussi insisté sur le fait que Jésus est venu redonner de la dignité à la femme, au mariage et à la famille.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.