Accéder au contenu principal

Formation des formateurs sur la crise




Une centaine de formateurs et formatrices de religieuses et religieux ont clôturé, le vendredi 24 mars, un colloque de cinq jours organisé par l’Institut Supérieur Pédagogique Catholique de Kinshasa sur le thème « Etre formateur en temps de crise ». Les maîtres et maîtresses des postulants et des postulantes, des novices, hommes et femmes, ont suivi des conférences et ils ont échangé sur leurs expériences à propos des défis de la formation à la vie consacrée aujourd’hui, dans une société et une Eglise traversés par de multiples crises. Ils ont formulé des recommandations et pris des résolutions invitant notamment à se recentrer sur le Christ et à porter l’attention sur le témoignage de vie.

La directrice générale de l’Institut Supérieur Pédagogique Catholique, sœur Régine Mofila, disciple du divin maître, a remercié les uns et les autres pour l’amour de la vie consacrée, l’amour de leurs congrégations respectives et pour la confiance à l’Institut Supérieur Pédagogique, à qui il a été demandé d’organiser le colloque des formateurs pour la quatrième fois.
Le secrétaire général de l’Assemblée des supérieurs majeurs religieux, le père Lucien Monsengo, religieux de saint Vincent de Paul, a prononcé le mot de clôture au nom du président de l’Assemblée des Supérieurs Majeurs, le père rédemptoriste Zéphirin Luyila. Il a souhaité que l’habitude de la tenue des colloques devienne une tradition afin que les productions scientifiques bénéficient à l’Eglise entière et que la vie consacrée en RDC en reçoive une lumière renouvelée. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.