Accéder au contenu principal

L’évêque de Budjala souligne l’importance des sacrements


Mgr Philibert Tembo, évêque de Budjala
Au diocèse de Budjala, dans la province du Sud-Ubangi, le temps du carême aura été pour l’évêque l’occasion d’insister sur l’importance des sacrements dans la vie des fidèles. Le 30 mars, Mgr Philibert Tembo clôturait une visite pastorale dans la paroisse sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Banga-Bola. A bord d’une pirogue, il a visité pour la première fois la communauté chrétienne d’Ekata. L’évêque a confirmé un millier de fidèles et béni le mariage de deux couples. Il a insisté sur l’indissolubilité du mariage et invité les jeunes vivant en concubinage à se présenter pour recevoir le sacrement du mariage.


A la paroisse saint Pie X de Songo, Mgr Tembo a conféré le sacrement de confirmation à quelque 500 fidèles. Il a expliqué, dans l’homélie de la messe, l’importance des grâces des sacrements dans la vie chrétienne. Mgr Tembo a déploré la tendance de beaucoup de chrétiens qui perdent petit à petit le sens des sacrements. Pendant le temps du carême, a-t-il dit, l’occasion est donnée à tous de revenir au Seigneur en écoutant sa parole et en fréquentant les sacrements.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.