Accéder au contenu principal

Messe chrismale à Kinshasa




Les trois évêques auxiliaires de Kinshasa, Edouard Kisonga, Jean-Pierre Kwambamba et Donatien Bafuidinsoni et quelque 700 prêtres ont entouré l’archevêque, le cardinal Laurent Monsengwo, lors de la messe chrismale célébrée le mercredi soir, 12 avril, dans la cathédrale Notre-Dame du Congo. A l’homélie précédant le renouvellement des promesses sacerdotales, le cardinal Laurent Monsengwo a exhorté ses frères prêtres à persévérer dans le service de Dieu et du prochain. Même quand vous n’avez pas d’argent, a-t-il dit, consolez ce peuple parfois désespéré.


Et concernant les saintes huiles bénies par l’archevêque, le cardinal Monsengwo a donné un avis pratique à la fin de la messe. Il a demandé de ne pas pratiquer « de l’inculturation à tort et à travers », il a rappelé que les saintes huiles sont bénies seulement lors de la messe chrismale.
Auparavant, le directeur du centre pastoral, monsieur l’abbé Charles Kombe, a rappelé aussi aux prêtres la norme selon laquelle seul le baptême de catéchumènes adultes ne vivant pas en couple peut être célébré la nuit de Pâques. 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.