Accéder au contenu principal

Pâques avec les détenus de Bunia




Au diocèse de Bunia, dans la province de l’Ituri, Mgr Dieudonné Uringi a célébré le Triduum pascal dans la cathédrale Notre-Dame de grâce de Mudzi-Maria. Mais la première messe du dimanche de la résurrection, l’évêque de Bunia l’a célébrée dans l’église paroissiale de Nyakasanza, à quatre kilomètres de la cathédrale. Mgr Uringi s’est rendu ensuite à la prison centrale de Bunia, comme à son habitude, depuis quelques années, à Pâques et à Noël.

Pâques est la célébration de l’amour de Dieu pour l’humanité, a dit l’évêque dans l’homélie, à l’attention des détenus et des membres du mouvement des mamans catholiques venues apporter des vivres aux prisonniers. Pâques doit remplir d’espoir les prisonniers comme le peuple juif que le Seigneur avait fait sortir de l’esclavage en Egypte et à qui il avait fait traverser la mer rouge. 

Que les prisonniers ne se croient pas oubliés. Tous ceux qui mettent leur confiance dans le Seigneur garderont la certitude que le Seigneur les fait passer de la mort à la vie, de l’état d’homme pécheur à l’état d’homme renouvelé par ses grâces, de l’état d’esclave à l’état d’homme libre.
Pour les prisonniers, a souhaité Mgr Uringi, la résurrection sera aussi le passage de conditions précaires et mauvaises à la vraie dignité de l’homme. Que les prisonniers eux-mêmes fassent un examen de conscience sur les causes qui les ont conduits en prison, et qu’ils prennent la résolution de changer. L’évêque de Bunia a interpellé les responsables judiciaires afin qu’ils oeuvrent pour l’amélioration des conditions des détenus. La prison de Bunia a une capacité d’accueil de 200 détenus, mais elle en compte actuellement plus de 1000.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.