Accéder au contenu principal

Les trois défis majeurs de l’Université catholique du Congo




Le colloque organisé à Kinshasa pour les soixante ans de l’Université Catholique au Congo s’est clôturé le samedi 29 avril par une messe présidée par le vice-président du Conseil d’administration de l’Université catholique, Mgr Daniel Nlandu, évêque de Matadi. Dans le mot de clôture, il a rappelé combien l’Eglise du Congo compte sur l’Université pour affermir l’évangélisation en éclairant de la lumière de la foi l’intelligence de nombreuses questions sociales.


Le nouveau recteur de l’Université Catholique du Congo, monsieur l’abbé Léonard Santedi, a présenté les trois défis majeurs pour l’avenir de l’Université catholique qui doit honorer sa devise : « lumen super flumen », la lumière au-dessus de l’eau. L’Université catholique se veut ainsi une lumière qui éclaire, indique le chemin de l’amour, de la vérité et de la charité par la science et la raison, qui chasse les ténèbres par l’éthique et qui donne la vie par le service à l’Eglise et à la société pour mettre l’homme debout et construire une nouvelle destinée pour l’Afrique et le monde. Mgr Santedi insiste sur l’ouverture en misant notamment sur le partenariat avec des universités de la République démocratique du Congo et du monde. 


Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.