Accéder au contenu principal

Un conseil pastoral pour la prise en charge matérielle du diocèse de Budjala




A la grotte de l’église paroissiale saint Raphaël, au diocèse de Budjala, dans la province du Sud-Ubangi, Mgr Philibert Tembo a récité le chapelet, le 14 mai, en compagnie d’une centaine de prêtres, religieuses et religieux et fidèles laïcs qui avaient participé à la messe présidée par l’évêque pour la clôture du conseil pastoral diocésain tenu du 9 au 14 mai.

« Budjala, avance en eaux profondes ! », tel était le thème de ce conseil pastoral extraordinaire portant sur la prise en charge matérielle et financière de l’Eglise par ses propres fidèles. Les responsables des différents services diocésains ont rendu compte de leur gestion. Des recommandations et résolutions ont été prises, et l’évêque a nommé douze membres pour le suivi des décisions. « Vous êtes les missionnaires de la prise en charge du diocèse de Budjala par ses propres fidèles", leur a-t-il dit.
Le conseil pastoral extraordinaire de Budjala a bénéficié de la présence de deux prêtres venus partager leur expérience : messieurs les abbés Crispin Basuesumuka du diocèse de Boma, dans la province du Kongo-Central et Egide Mbimba, directeur de la caritas du diocèse de Molegbe dans la province voisine du Nord-Ubangi.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.