Accéder au contenu principal

Au diocèse de Kasongo, la cohabitation est fraternelle entre chrétiens et musulmans





Au diocèse de Kasongo, dans la province du Maniema, les catholiques sont cordialement invités à la fête de la fin du ramadan. La cohabitation entre chrétiens et musulmans est fraternelle, au dire de l’évêque de Kasongo. Mgr Placide Lubamba souligne d’abord la forte présence de l’islam dans le sud de son diocèse.
« Dans le nord, c’est plus chrétien et animiste. Le sud a une plus forte communauté musulmane. Et il faut rappeler que Kasongo est le fief spirituel de l’islam au Congo. C’est le siège. Les esclavagistes, et Tippo-Tip ont vécu à Kasongo. »

Il y a trois ans, le nouvel évêque avait été accueilli en frère par les musulmans. Ils lui ont dit qu’il n’était pas seulement l’évêque des catholiques mais qu’il était l’évêque de tous. Et ils lui ont offert des cadeaux. Mgr Lubamba se dit impressionné de voir comment ces musulmans connaissent aussi la Bible qu’ils citent et commentent. Et que les catholiques connaissent aussi les piliers de la foi musulmane, s’intéressent à la religion des autres.
A la fin du ramadan, les catholiques sont invités à la fête par les musulmans comme les catholiques invitent les musulmans lors des grandes fêtes. Dans la vie quotidienne, on partage toutes les joies et toutes les peines. La cohabitation est fraternelle, conviviale.
Kasongo pourrait être cité en exemple de cohabitation pacifique. Ce qui se passe ailleurs, le fondamentalisme, l’extrémisme étonne aussi bien les catholiques que les musulmans. Ceux-ci estiment que l’extrémisme ne relève pas de la religion mais des individus et des idéologies, l’islam étant une religion de la paix. La violence ne peut être présentée au nom de la religion.
A noter que le grand séminaire Mgr Cleire a été fondé à Kasongo en 1988 dans le but aussi de former les futurs prêtres dans l’ambiance même marquée par l’islam.

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.