Accéder au contenu principal

Communiquer de bonnes nouvelles





Dans l’archidiocèse de Kinshasa, les communicateurs catholiques veilleront à répandre de bonnes nouvelles qui puissent communiquer l’espérance et la confiance. Ils le feront ainsi en suivant le message du pape François pour la cinquante-et-unième journée des communications sociales célébrée, cette année, le 2 juillet, selon le calendrier de l’Eglise de la RDC, c’est-à-dire le dimanche du temps ordinaire suivant le dimanche du Sacré-cœur de Jésus.

Pour le pape François, « il est possible d’apercevoir et d’éclairer la bonne nouvelle présente dans la réalité de chaque histoire et dans le visage de toute personne ». L’exhortation du pape vaut bien pour la RDC. Une cinquantaine de présidents de commissions paroissiales des communications sociales l’ont recommandé ainsi lors de la journée de prière et de réflexion organisée récemment à la paroisse Notre-Dame de la paix, Maria Mama wa boboto, de Kinshasa-Masina. Le correspondant de Radio Vatican, ancien secrétaire de la Commission épiscopale des communications sociales, a présenté le Message du Saint-Père en le situant dans le contexte de la réforme des médias du Saint-Siège avec la création, en 2015, du Secrétariat pour la communication.
Dans son Message, le Saint-Père exhorte « à une communication constructive qui, en rejetant les préjugés envers l’autre, favorise une culture de la rencontre grâce à laquelle il est possible d’apprendre à regarder la réalité en toute confiance ». Le pape demande, sans promouvoir la désinformation, de cesser de concentrer l’attention sur les mauvaises nouvelles. Il demande de dépasser le sentiment de mécontentement et de résignation et de regarder plutôt le monde avec des lunettes de l’Evangile comme Bonne nouvelle.
Les responsables paroissiaux de la communication dans l’archidiocèse de Kinshasa souhaitent une réorganisation, en jetant un regard critique sur les médias catholiques et sur le fonctionnement des structures et de l’accompagnement des journalistes et autres acteurs du paysage médiatique de Kinshasa.

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.