Accéder au contenu principal

L’évêque de Kasongo célèbre ses trois ans d’épiscopat



Dans la cathédrale saint Charles Borromée de Kasongo, dans la province du Maniema, Mgr Placide Lubamba a célébré la messe du 31 mai pour la clôture du mois marial. L’évêque de Kasongo célébrait aussi le troisième anniversaire de son ordination épiscopale.
C’était la fête de la visitation. L’évêque a invité les fidèles à imiter Marie dans l’élan de la charité, de la générosité. Et Mgr Lubamba a recommandé la colline de Kampodia, à 30 kilomètres de Kasongo. Voilà un lieu de pèlerinage, où les chrétiens vont demander l’intercession de la Vierge Marie.

A l’exemple de la générosité de Marie, le dimanche prochain 4 juin, dimanche de la Pentecôte, l’Eglise de Kasongo organisera une collecte de solidarité en faveur des victimes de la violence des miliciens dits de Kamuina Nsapu sévissant dans les provinces du grand Kasai.
A noter que la fête de l’Ascension du Seigneur, le 28 mai, Mgr Placide Lubamba l’a célébrée à Kitete, village de la chefferie de Wagenia, situé sur l'autre rive du fleuve Congo. Les fidèles sont venus très nombreux des villages voisins pour accueillir pour la première fois leur pasteur qui arrivait en pirogue. 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.